Tests Mg Fe K en aquaponie avec truitesDe nombreux systèmes aquaponiques montrent des signes de carences au niveau des bacs de culture. Les feuilles des légumes ont des teintes anormales avec souvent  des décolorations internervaires. Une fois ce diagnostic posé, reste à identifier le ou les coupables. Et là, les difficultés commencent. Une bonne approche consiste à appliquer la méthode des bilans par élément  puis à confirmer les suspicions par des analyses. Ce qui permettra de vérifier l’effet  des corrections apportées et leur durée dans le temps pour prévenir le retour des carences et obtenir de beaux légumes variés toute l’année.

Identifier les candidats responsables des carences par la méthode des bilans.

Les carences peuvent concerner l’azote (N), le phosphore (P), le potassium (K), le calcium (Ca), le magnésium (Mg), le soufre (S), le cuivre (Cu), le zinc (Zn), le manganèse (Mn), le bore (B), le fer (Fe), le molybdène (Mo). Pour faire un premier tri des élements à surveiller, il est possible d’utiliser la méthodes des bilans déjà décrite dans un précédent article :  bilan par élément = composition de l’eau  initiale + apport par l’aliment des poissons  – prélèvement par les poissons – stockage dans les fèces solides des poissons – prélèvement par les plantes. Cette méthode appliquée au système « truites aquaponiques » avec une nourriture  du commerce (Le Gouessant) a mis en évidence des risques concernant  K, Mn, Fe et dans une moindre mesure  Mg.

Mesurer les concentrations  des éléments déficitaires

Huit tests pour comprende et coriger les carences en aquaponie

Huit tests pour comprende et coriger les carences en aquaponie

Une analyse complète en laboratoire est factutrée plusieurs centaines d’euros. Bien trop coûteux pour envisager un suivi régulier d’une installation aquaponique domestique. Heureusement, il existe des tests  beaucoup plus abordables. Ils n’ont pas la précision d’une analyse de laboratoire, mais sont bien suffisants pour organiser un suivi de carences dans un système aquaponique. Surtout si l’on opte pour les tests avec ajout de réactifs sous forme de gouttes ou de mesurettes de poudre, bien plus précis que les tests sous forme de bandelettes.
Les tests proposés ont toutefois un point faible : leur plage de validité ( entre limites basse et haute) est parfois très en deçà des valeurs à mesurer.  Or la technique des dilutions permet de contourner cette difficulté. Un grand merci à Norbert aquaponie  et à  Pierre Harlaut  pour leurs vidéos très pédagogiques sur ce sujet.

Elément     Plage de mesure (mg/l)          valeur cible (mg/l)          Dilutions (selon besoins)
                              3 à 15                                             100                                           de 1 à 1/10
Mg                            0 à 10                                               30                                             de 1 à 1/5
Fe                              0.02 à 1.5                                    2  à 3                                           1 à 1/2
Mn    le manganèse ne peut pas être apporté dans l’eau du système car il est  toxique  pour les poissons. L’analyse de l’eau pour cet élément est inutile.

L’investissement pour estimer correctement O2, NO3, P, K, Mg, Fe, pH, KH est de 127  € couvrant largement  les trois premières années à raison d’une analyse par mois. Très vite, l’expérience sera suffisante pour se passer de ces mesures.

Corriger les  carences

La correction des carences est préventive avec des apports réguliers : 60 ml de chélate de fer EDTA à 6% par semaine; 300 g de sulfate de potasse par mois; 300 g de  sulfate de magnésie (sel d’epsom) tous les 6 mois.  Apports foliaires de sulfate de manganèse en cas de signes de manque sur les végétaux. Ce calendrier est ajusté en fonction des résultats d’analyse. Voici un compte rendu de la mise en place du suivi  en janvier-février 2019.

Valeurs mesurées  pour l’ eau de départ (nappe du dogger – Luçon  )
#          Date                                        K (mg/l)                 Mg (mg/l)                 Fe (mg/l)
#          20/01/2019                             4                                 0                               <0.02

Valeurs mesurées pour l’eau du système aquaponique après 1 an et demi de fonctionnement et quelques apports sporadiques de potassium , magnésium et fer
#          Date                                        K (mg/l)                 Mg (mg/l)                 Fe (mg/l)
#          20/01/2019                            8                                   7                                 0.05

Corrections apportées le 25/01/2019
K : 550 g de sulfate de potasse, versés dans le réservoir tampon. Soit 62 mg/l rapportés aux 3600 litres du système.
Mg : 300 g de sulfate de magnésie versés dans le réservoir tampon. Soit 8 mg/l rapportés aux 3600 litres du système.
Fe : 40 ml de chélate de fer DTPA 6%. Soit 0.65 mg/l rapportés aux 3600 litres du système.
#          Date analyse                     K (mg/l)                 Mg (mg/l)                          Fe (mg/l)
#          25/01/2019                            80                entre 12 et 15 mg/l                  0.7

Corrections le 08/02//2019
K : 300 g de sulfate de potasse, versés dans le réservoir tampon. Soit 34 mg/l rapportés aux 3600 litres du système.
Mg : 600 g de sulfate de magnésie versés dans le réservoir tampon. Soit 16 mg/l rapportés aux 3600 litres du système.
Fe : 60 ml de chélate de fer DTPA 6%. Soit 1.0 mg/l rapportés aux 3600 litres du système.
Mn : apport foliaire de sulfate de manganèse  (2 ml pour 10 m2 dans 0.5 litre d’eau)
#          Date analyse                        K (mg/l)                 Mg (mg/l)                          Fe (mg/l)
#          19/02/2019                                 –                                  –                                           0.2

Corrections le 19/02//2019
Fe : 100 ml de chélate de fer DTPA 6%. Soit 1.7 mg/l rapportés aux 3600 litres du système.
#          Date analyse                   K (mg/l)                 Mg (mg/l)                          Fe (mg/l)
#          02/03/2019                            –                                   –                                   entre 0.8 et 1

Corrections le 02/03/2019
Fe : 90 ml de chélate de fer DTPA 6%. Soit 1.5 mg/l rapportés aux 3600 litres du système.
#          Date  analyse                   K (mg/l)                 Mg (mg/l)                          Fe (mg/l)
#          03/03/2019                           50                                18                                       2

Suivre l’évolution en fonction du temps

Les carences vont se réinstaller progressivement du fait du déséquilibre entre apports via la nourriture des poissons et exportations par les légumes d’une part,  par le rajout d’eau neuve d’autre part.
Par ailleurs , des réactions chimiques lentes rendent inassibilables certains éléments dont le fer. Le pH est de 7.6 et le KH de 9 (° allemand). Ce contexte basique  stable autour de 7.5 permet l’utilisation du fer DTPA mais avec une efficacité diminuée, Ce qui explique la nécessité d’apporter toutes les semaines, 60 ml de chélate de fer DTPA 6%. Soit 1 mg/l de Fe rapporté aux 3600 litres du système. Ce qui est du même ordre de grandeur que l’apport préconisé par Pierre Foucard, APIVA.
Une surveillance tous les mois ou tous les deux mois, au départ,  devrait permettre d’établir la bonne fréquence des correctifs à apporter en préventif, sans excès.

Des légumes plus performants

Depuis l’utilisation de ces mesures et l’apport de produits correctifs adaptés, les légumes montrent enfin un autre comportement, notamment sur la couleur des feuilleset  la vitesse de croissance.

Traitement des carences : ici, celle du fer sur chou pendant 1,5 mois. Les feuilles agées sont restées avec une carence en fer très marquée. Les feuilles intermédiaires présentent des synptômes moins prononcés tandis que les feuilles plus récentes sont bien vertes.

Traitement des carences : ici, celle du fer sur chou pendant 1,5 mois. Les feuilles agées sont restées avec une carence en fer très marquée. Les feuilles intermédiaires présentent des synptômes moins prononcés tandis que les feuilles plus récentes sont bien vertes.

 

Share Button