Truites aquaponiques

La vie en boucles

Maturité sexuelle des truites en aquaponie

Des truites pleines d’oeufs dans les bacs aquaponiques : problème ou opportunité? La maturité sexuelle des truites est une des préoccupations des pisciculteurs professionnels. C’est également un point à maîtriser en aquaponie.

Des stratégies  pour privilégier la production de chair

En simplifiant beaucoup, la truite mâle fabrique du sperme à un an et demi  et la truite femelle, des oeufs à deux ans et demi, tout cela au détriment de la fabrication de chair pendant la phase de production des gamètes. La gestion de la maturité sexuelle des truites est donc importante dans la conduite de l’élevage.  Pour ce faire, la première stratégie pour des truites de moins de deux ans  consiste donc à n’élever que des femelles. Pour la production de grandes truites de 3 ans, la seconde stratégie vise à n’élever  que des individus stériles.

Reproduction des truites : rappels des fondamentaux

La ploïdie est le nombre d’exemplaires de jeux complets de chromosomes dans les cellules des organismes vivants. Ainsi la truite sauvage est diploïde avec 2 fois le nombre de chromosomes complets (2 x 29 = 58 chromosomes). Une cellule ne contenant qu’un jeu complet de chromosomes est dite haploïde. Les cellules se multiplient par division cellulaire ou mitose. Une cellule diploïde donne donc deux cellules diploïdes. Mais les cellules intervenant dans la reproduction  sont concernées par la méiose qui permet  aux oeufs et au spermatozoïdes de ne contenir qu’un jeu de chromosomes, la fécondation permettant le retour à un état diploïde. Comme chez les mammifères, le sexe est donné par le mâle : l’oeuf est X, le spermatozoïde est X ou Y. On devrait donc trouver dans les bassins 50% de mâles (XY) et 50% de femelles (XX).

100% de femelles avec le recours aux néomales

Maturité sexuelle des truites : Truite femelle avec oeufs mâtures, prélevés lors de l'abattage.

Maturité sexuelle des truites : truite femelle avec oeufs mâtures, prélevés lors de l’abattage.

Si le sexe génétique est déterminé lors de la fécondation, la production d’oeufs ou de sperme, quant à elle, est déterminée par le système hormonal (sexe phénotypique) . Ainsi l’administration d’hormones mâles (ex. testostérone) à une truite femelle induit la fabrication de sperme au lieu d’oeufs, avec 100% des spermatozoïdes contenant les chromosomes  X. Ces truites sont appelées néomales. La fécondation des oeufs d’une truite femelle (X) avec ce  sperme issu de néomales (X) donne 100% de femelles( XX), diploïdes.

Pour plus d’information voir  » Production de salmonidés monosexes femelles et stériles »

100% de truites stériles avec la triploïdie

Une truite triploïde avec 87 chromosomes (3 x 29) est stérile. L’obtention de truites triploïdes repose sur une exposition des oeufs juste fécondés à de très fortes pressions ou à de fortes températures, ce qui entraine la non expulsion du module polaire lors de la méiose,  et donc la création d’une cellule avec 3 fois le jeu de chromosomes complets. Une autre technique passe par la création de truites tétraploïdes fertiles croisées avec des diploïdes fertiles , qui  donnent là aussi des triploïdes stériles.

Maturité sexuelle des truites  dans les bassins aquaponiques

Les 62 truites de 130 g  introduites dans les bassins aquaponiques en janvier 2018 étaient 100% femelles, avec 30% de triploïdes. Les triploïdes ont eu une croissance un peu plus rapide, atteignant un poids de 1500 g  fin décembre 2018, sans poches d’oeufs à l’éviscération. Les diploïdes ont ralentit leur croissance sur la fin de la période avec une production de 200 g d’oeufs en moyenne par truite. et un poids moyen hors oeufs de 1100 g environ.  Les truites avec des oeufs à maturité ont des filets de moins bonne qualité, moins épais et moins colorés, la pigmentation ayant migré dans les oeufs et vers la peau. La gestion des truites en aquaponie doit donc tenir compte de la maturité sexuelle des truites :

  • soit n’utiliser que des triploïdes et les conduire à volonté jusqu’à plus de 2 kg (truite de trois ans).
  • soit abattre les diploïdes avant la production d’oeufs (truite de deux ans)
  • soit prélever les oeufs matures sans tuer la truite et continuer l’élevage  (truite de 2 ans et demi à trois ans)

Des opportunités à tester en cas de truites diploïdes avec oeufs matures

"Caviar" d'oeufs de truite

« Caviar » d’oeufs de truite

Avec  des truites femelles matures, la récolte des oeufs permet d’envisager la confection de caviar de truite.
La présence de quelques mâles permettrait de tenter la reproduction avec fécondation par mélange de sperme et oeufs dans un seau, puis incubation des oeufs dans des conditions particulières. C’est réputé impossible … un challenge pour l’hiver 2019-2020,  pour le fun!

Share Button

5 Comments

  1. Bonjour,
    Trés intéressent votre article même si je connais bien le concepts du stripping.
    Vous parlez de reproduction.
    Pour la truite je pense que la reproduction est plutôt facile pour un aquariophile expérimenté.
    Moi j’ai déjà reproduit plusieurs poissons d’eau douce dont des discus, apisto, scalaire …
    L’étude de l’incubation de la truite ma montré qu’il n’y a pas de piège particulier.
    Faut fabriquer une petite écloserie, mettre les oeufs dans le noir, et tous les jours enlever les blanc.
    Moi je compte bien reproduire des farios de mes ruisseaux. ! Et je suis presque sur d’y arriver.

    Par contre pour les AEC il y a un pb. Déjà faut trouver des femelle non issue de femelle/femelle. Et le plus dur … trouver un mâle !.
    Avez vous pus vous fournir pour des mâles ?
    Sinon reste à le pêcher au lac des bouillouse …. c’est pas la même histoire ^^

    Au plaisir de vous lire

    • jcgoudeau

      22/01/2019 at 22:01

      Bonjour,
      Au départ, la présence d’oeufs chez les truites en croissance, et la nécessité de les faire pondre pour poursuivre l’engraissement, m’a posé un problème. Puis j’ai vu la possiblilité d’une nouvelle valorisation. J’ai alors cherché des recettes de « caviar » d’oeufs de truite pour découvrir le rafinement des recettes japonaises (Ikura). Puis est venu l’idée de tenter la reproduction. J’ai acheté hier 70 truitelles AEC de 85 grammes pièces, diploïdes normales, c’est à dire qu’il y a environ 50% de mâles et 50% de femelles. Ca va être moins bien pour gérer la croissance des truites, mais je vais pouvoir tenter une fécondation-éclosion de oeufs en janvier prochain. J’envisage de créer une cage avec du grillage de garde-manger, avec couvercle opaque, immmergée dans le bac des truites dans une zone sombre pour bénéficier de l’aération et d’une partie du courant issus de l’airlift. J’ai un an pour profiter des conseils et concevoir un dispositif résilient et frugal. Je serai heureux de partager votre savoir sur le sujet.

      • Bonjour,
        Avec plaisir je partagerais mon savoir aquariophile. Vous connaissez mon adresse mail, alors n’hésitez pas me contacter au besoin.
        Car il y a beaucoup d’étapes avant d’avoir une truitelles qui mange de petit pelet. Mais au combien passionnant !
        Votre cage conviendra à des truitelles autonome mais pas pour de l’alevin.
        Moi je compte faire une écloserie dans le garage à cause de la temp « fario-decembre » avec filtre méca et l’eau du bassin à raison de changement de 10%/jr d’eau renouvelé. Il faut une caisse alimentaire qui est idéal car il faut privilégier la surface et non la hauteur d’eau (10cm suffise) et un mini airlift avec gaine élec par exemple et … 🙂

        Je suis surpris que vous ayez u des aec « normale », moi les piscicultures de chez moi me vendent uniquement des diploïdes toute femelle issue de f/f.
        Je reverrais d’avoir un mâle, surtout que la repro aec ce situ au moi de juin en générale, alors que la fario c’est de décembre. La gestion du gel pose problème…

        Donc vous l’avez compris, je vais suivre votre expérience de pres !

        Au plaisir

        • Clement Liverset

          25/06/2019 at 06:36

          Bonjour,
          Pour apporter quelques informations utiles concernant l’acquisition de truites mâle, il suffit de les acheter en pisciculture certifié bio car les triploïdes sont interdits.
          Les souches importés de truites aec en Europe sont prêtes à pondre en novembre jusqu’à début janvier, sauf photoperiode forcée.
          Pour la reproduction je peux apporter le mode d’emploi par mail je l’ai fait étant pisciculture dans un élevage bio.

          • Bonjour,
            Je vous remercie pour cette information capital pour nous pauvre amateur ;).
            Je serais ravis d’avoir votre mode d’emploi, cela m’aidera à tenter ma premier repro.
            Je vais demander à Jean-Claude de vous envoyer mon mail.
            Merci Beaucoup pour votre aide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2020 Truites aquaponiques

Thème par Anders NorenHaut ↑