Récolte de laitue romaine produite en aquaponieLes 10 m 2 de cultures conduits en aquaponie sont occupés  par des légumes pour 8 m2, les 2 m2 restants étant utilisés pour les semis et les boutures. La récolte des légumes produits en 2018 s’élève à 80 kg soit 10 kg/m2 , bien loin de l’objectif de 20 kg/m2. Des marges de progrès existent, notamment sur l’occupation  permanente de l’espace, la surveillance des agresseurs et la correction des carences.

Première zone : courgette et concombre

Le premier tronçon est planté en salades et choux au démarrage puis courgettes et concombres, très vite peu productifs suite aux attaques d’oïdium et arraignées jaunes.

Deuxième zone : céleris et fraisiers

Le deuxième tronçon est planté en salades et betteraves au départ. Une moitié est plantée en céleris raves avec des fraisiers en bordure de bac.

Troisième zone : choux, betteraves et tomates

La troisième zone avec salades et radis , bordée de choux et de fraisiers, acceuille des tomates sur la fin de la période

Quatrième zone : haricots verts  et cresson

La quatrième zone accueille une cressonière permanente, avec des haricots, du persil et des salades en complément.

Détails des récoltes par légume

Récolte de de 80 kg au total dont:

  • Betteraves rouges : 2.1 kg
  • Céleris : 7.0 kg
  • Choux : 15.9 kg
  • Concombres : 4.7 kg
  • Courgettes : 8.9 kg
  • Fraises : 0.5 kg
  • Haricots verts : 3.3 kg
  • Persil : 0.3 kg
  • Poireaux : 0.9 kg
  • Radis : 4.8 kg
  • Rutabagas : 0.5 kg
  • Salades diverses (romaine, chicorée frisée, laitue, cresson) : 14.6 kg
  • Tomates : 16.4 kg

Les points à surveiller pour améliorer  les rendements

Quelques points sont particulièrement à surveiller pour augmenter les rendements lors de l récolte des légumes:

  • Disposer  en permanence de plants issus de semis, pour contreplanter en permanence au fur et à mesure des récoltes.
  • Utiliser des variétés adaptées et résistantes aux maladies.
  • Surveiller les attaques de limaces, noctuelles, pucerons. Prévenir avec des pièges englués ou à phéromones. Favoriser les auxilliaires.
  • Favoriser la présence de butineurs naturellement ou par introduction. Sinon pollinisation manuelle.
  • Surveiller les départs de foyers d’acariens ou de maladies. Intervenir avec vigueur.
  • Contrôler les carences.

 

Share Button