Le système « truites aquaponiques » a été conçu pour produire tous types de légumes, notamment les légumes racines. Après deux ans de fonctionnement à plein régime, petit récapitulatif des différents tests réalisés.

Les légumes racines testés

Les radis, les betteraves rouges, les navets, les choux rutabaga, les céleris raves et les pommes de terre ont donné des résultats satisfaisants sur des volumes de 3890 g de betteraves, 450 g de rutabaga, 2626 g de radis et 3462 g de céleri raves. Le 15 décembre 2019 une pomme de terre (une seule) de variété Dolreine a été plantée dans les graviers. Au 24 mars, récolte – trop précoce – de 300 g de pommes de terre. La pomme de terre est donc possible en prenant une variété précoce plus adaptée à cette production hivernale.

Le contexte de production des légumes racines en aquaponie

1 – culture dans un média à base de 25 cm de graviers 10-15 mm.
2 – une zone jamais inondée de 7 cm. Cette zone est déterminante pour produire des pommes de terre. Ceci permettrait également de produire des carottes courtes. Les légumes qui développent leur racine à la surface du sol comme les radis, betteraves, céleris raves, navets, rutabagas sont beaucoup moins sensibles à l’épaisseur de cette zone.
3 – une zone alternativement inondée (15 minutes) puis hors eau (15 minutes) sur une épaisseur de 11 cm.
4 – une zone toujours en eau (eau circulante) de 7 cm.

L’option média : avantages et inconvénients

Le choix d’un média (ici du gravier) au détriment des systèmes NFT ou DWC permet de cultiver beaucoup plus de genres de légumes. En effet, dans les systèmes domestiques, la variété des légumes produits tout au long de l’année prime sur la quantité. Ce qui n’est pas le cas dans les systèmes commerciaux qui recherchent une production continue et massive de salades, tomates ou concombres. Cette priorité donnée à la variété de légume pénalise la quantité totale produite à l’année, mais répond davantage aux attentes de l’utilisateur.

L’inconvénient majeur pourrait être le nettoyage du substrat. Or cela fait maintenant trois ans que les graviers du site « truites aquaponiques » n’ont pas été nettoyés. Et l’objectif est de ne jamais le faire! Un axe de travail consiste donc à mettre en oeuvre des pratiques qui permettront de s’affranchir de ce nettoyage. Des profils culturaux prévus en 2020 permettront de comprendre ce qui se passe au sein du substrat.