La vie en boucles

Mécaniser les tris et récolte des vers de farine

Mécaniser à l’aide de tamis, les opérations de tri, récolte et nettoyage des vers de farine est indispensable dès lors que la taille de l’élevage augmente.

Mécaniser la mise en route mensuelle d’un nouveau tiroir

Problème  : 400 ténébrions adultes sont présents dans un tiroir contenant du pain  broyé. Présents depuis 1 mois, ils ont pondu sur le pain et des vers de farine aux premiers stades sont dèjà présents en même temps que les oeufs des dernières pontes. L’objectif est de mettre en route un nouveau tiroir d’élevage en transférant les ténébrions adultes d’un tiroir vers un autre.

Solution manuelle : capturer à la main ou avec une pince à épiler chaque adulte et le déplacer dans le nouveau tiroir. Faisable au démarage avec une cinquantaine d’adultes, puis  très chronophage  avec 400  adultes à manipuler : 20 mn

Solution mécanisée : utiliser une litière de pain broyé  passant au tamis de 3 mm. Pour le transfert,utiliser le tamis à maille de 5 mm. Aprés quelques secousses, il ne reste que les 400 ténébrions dans le tamis qui sont déposés dans le nouveau tiroir d’élevage avec une nouvelle litière de pain broyé tamisée au tamis de 3 mm. Ce qui a été tamisé, contenant pain, vers de farine et oeufs, est remis dans le tiroir d’origine. Opération terminée en  moins de deux minutes.

Tri des adultes de vers de farine

Mécaniser la récolte des vers à distribuer quotidiennement aux truites

Problème  : 9 000  vers de farine , à des stades différents, sont présents dans un tiroir contenant du pain  broyé. L’objectif est de prélever les vers de farine au dernier stade de croissance ainsi que les nymphes en excédent.

Solution manuelle : capturer avec une pince à épiler chaque ver. Travail extrèmement chronophage   pour capturer 3000 vers correspondant aux 300 grammes de vers attendus chaque jour. Compter une demi heure.

Solution mécanisée : utiliser le tamis à maille de 5 mm. Aprés quelques secousses, il ne reste que les vers de farine  les plus développés ainsi que les nymphes. Prélever la quantité désirée et replacer le tiroir pour que les vers restant continuent à grossir. Opération terminée en  moins d’une minute.

Tri des larves des vers de farine

Mécaniser le nettoyage  des déjections des vers

Problème  : les vers de farine produisent des déjections pendant leur phase de croissance. Ces déjections ressemblent à du sable gris très fin. L’objectif est de nettoyer la litière  les 3 ème et 4 ème mois, en étant certain de ne plus avoir d’oeufs dans le substrat.

Solution manuelle : impossible de réaliser l’opération sans tamis.

Solution mécanisée : utiliser le tamis à maille de 0.8 mm. Aprés quelques secousses, il ne reste que les vers de farine  et la farine de pain. Stocker les déjections  car elles constituent un excellent engrais pour les plantes. Replacer le contenu du tamis dans le tiroir et poursuivre l’élevage avec une lituère propre. Opération également terminée en  moins d’une minute.

Tri des déjections des vers de farine

Récolte journalière des nymphes  destinées à l’élevage

Problème  : les vers de farine nymphosent en surface de la litière. L’objectif est de récupérer 70 nymphes chaque jour pour le renouvellement du cheptel.

Solution manuelle : Prélever les 70 nymphes avec la pince à épiler et déposer les nymphes  dans le tiroir dédié. Opération  terminée en  10 minutes.

Solution mécanisée : Pas de solution mécanisée , à moins de disposer d’un tamis adapté à la collecte des nymphes. Compte tenu qu’il faut passer en revue tous les tiroirs de l’élevage, le gain de temps est insignifiant.

Récolte journalière des imagos

Problème  : Les ténébrions adultes (ou imagos) apparaissent dans le tiroir  destiné à la nymphose. L’objectif est de prélever la soixantaine d’adultes produits chaque jour pour les rajouter aux adultes installés dans les tirois pour la ponte.

Solution manuelle : Prélever les 60 adultes  avec la pince à épiler et les déposer dans un des tiroirs de ponte. Opération  terminée en  10 minutes.

Solution mécanisée :  Vider le tiroir des nymphes. Les adultes restent accrochés sur le grillage. Un secouage énergique les fait tomber dans un des tiroirs de ponte.  Opération terminée en  moins d’une minute.

10 Comments

  1. Anaïs

    Bonjour Jean Claude, pourriez-vous me dire où je pourrais trouver des tamis ou de quoi en fabriquer avec les mailles dont vous parlez dans ce super article ? Je n’arrive pas à en trouver en magasin de bricolage et j’en ai vraiment assez de me taper les récoltes à la main qui prenne un temps fou.

    Merci par avance de votre réponse

  2. François

    Bonjour,
    Pourrais tu nous en dire un peu plus sur la taille de ton élevage ainsi que le temps que tu y consacre?
    Je débute et j’avoue que l’aspect tri manuel me rebute. Il faut trier les nymphes, les isoler, puis trier les ténébrions les isoler de nouveau… cela signifie avec 9000 larves au minimum 18000 gestes de ce type …
    As tu une idée de comment procèdent les fermes d’élevage? j’ai vu certaines vidéos ou tous les stades sont mélangés
    merci a toi

    • jcgoudeau

      Bonjour;
      Cet élevage de vers de farine est constitué de 50 petits bacs de 35 * 25 * 7 cm Chaque bac développe son cycle en 5 mois. Soit 10 unités de 5 bacs. Le tout installé dans une enceinte isolée, chauffée à 26°. 15 minutes de travail par jour en astreinte et 4 heures par mois pour broyage pain et rotation des adultes dans un nouveau tiroir. Ce test qui dure depuis trois ans montre de nombreuses limites à cet élevage:
      – la quantité attendue n’est pas atteinte. Au mieux, j’ai obtenu 70 g de vers par jour (contre 200 à 300 espérés). Une récolte mensuelle de 2 kg de vers de farine est impressionnante visuellement mais totalement insuffisante pour nourir un bassin de 35 truites.
      – c’est un élevage, donc susceptible de développer des maladies. J’ai dû faire face à une bactériose entraînant une chute de rendement à 20 g par jour.
      – le temps de travail est trop important et trop astreignant. Les techniques de tri industriel ne sont pas à notre portée et conduire un lot sans trier donnera des rendements plus faibles.
      – la valorisation des déchets est limitée en nature et nécessite l’achat de pain dur.
      – le rationnement des vers n’est toujours pas au point, entraînant des retards dans l’évolution des cycles.
      – Le vers de farine est très riche en protéines convenant pour la truite, mais ses acides gras (oméga 6) sont inadaptés. Je n’ai pas pu tester l’enrichissement en oméga 3 par une ration finale sur graine de lin.
      – la consommation énergétique est importante (trop éloignée de mes critères de développement durable)

      • François

        merci pour ces éclaircissements, tu sembles un peu déçu par rapport a l’écart entre tes objectifs et tes résultats. En tout cas c’est agréable de voir que des solutions existent pour accélerer certains processus.
        du coup quelques petites questions supplémentaires :
        comment procedes tu pour isoler les nymphes puis les ténébrions? (je réfléchi a la possibilité de faire un système avec une pente permettant aux vers de s’échapper et larves mortes ainsi que nymphe de resté sur place)
        as tu essayé de tout laissé ensemble peut etre que le tps économisé vaut la baisse de productivité?

        question bonus tu parles de la conso énergétique incompatible avec le développement durable mais l’aquaponie nécéssite me semble t il pompe, climatiseur, chauffage, un tel système est il » rentable » lorsque l’on ajoute l’investissement conséquent de départ?
        Pour ma part je débute dans un frigo qu’on trouve dans les snacks avec donc vitrine en double vitrage dans lequel j’ai mis 12 bacs supperposés 6 pour les vers de farine et 6 pour les morios

        • jcgoudeau

          Chaque jour, je prélève à la main une soixantaine de larves dans les 10 tiroirs d’élevage contenant les vers âgés de 5 mois. Ils ont déposés à part dans un petit trieur à 8 tiroirs (un tiroir par jour). Chaque jour je récupère une cinquantaine d’adultes que je rajoute dans un des tiroirs d’élevage contenant les adultes , pour entretenir le cheptel.Chaque mois, le cinquième tiroir est vidé et relancé avec par une litière fraîche sur laquelle je transfère les adultes. Lorsque l’on élève tout ensemble, il y a beaucoup de pertes par cannibalisme, notamment au niveau des nymphes.
          J’ai construit un système aquaponique assez économe en énergie (7 kWh par kilogramme de truite produit soit environ 1 €). Pas de chauffage, pas de climatiseur, pas de lampe UV. Le dernier système tourne avec une unique pompe à air de 16 watts. Pour maintenir la production de vers de farine j’estime la consommation électrique annuelle à 1000 kWh soit deux fois la consommation totale de l’installation aquaponique!. Pour 150 € (1000 kWh), je peux acheter 75 kg d’aliment truite équilibré. Il est donc plus économique d’acheter de l’aliment que de le produire dans les conditions de mon expérimentation. Mais avec un prélèvement excessif sur les ressources halieutiques dans un cas (l’aliment du commerce) contre une consommation excessive d’énergie dans l’autre cas.

  3. Jacob

    Simple et efficace

    Ton substrat contien t’il que du pain sec emmiété?

    • jcgoudeau

      Le substrat ne contient que du pain sec broyé finement.

  4. Ben

    Hello. Ton site est vraiment fabuleux, c’est super ce que tu fais, bravo pour le partage.
    Je me demandais ou tu trouves tes tamis de différents maillages car j’ai l’impression qu’ils sont intégrés à tes tiroirs c’est ça ?
    Tu arrives donc à trouver de la grille à couper ?
    Car j’ai trouvé que des kits de tamis rond utilisés pour la cuisine ou alors des tamis de maçon pour le sable mais c’est pas donné et on a pas de petits diamètre comme du 0,8.

    • jcgoudeau

      Bonjour,
      Merci pour le retour d’appréciation. Pour les grilles, j’ai trouvé mon bonheur dans les magasins de bricolage. Ils vendent des grilles décoratives avec des mailles de différentes tailles, en forme de losanges, qui conviennent bien une fois découpées à la taille du tiroir et soudées avec un fer à souder et les chutes du fond de tiroir. Pour les petites mailles j’ai utilisé du grillage à garde-manger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 128 Mo. You can upload: image, audio, video, document, spreadsheet, interactive, text, archive. Links to YouTube, Facebook, Twitter and other services inserted in the comment text will be automatically embedded. Drop file here

© 2022 Truites aquaponiques

Thème par Anders NorenHaut ↑