Truites aquaponiques

La vie en boucles

Bassin auto-nettoyant : points de vigilance

Fond de bassin autonettoyant avec une partie propre et une partie couverte de fèces.Un des défis en aquaponie :  éviter les dépôts à l’intérieur du bassin à poissons. Les bassins rectangulaires posent particulièrement problème. Au cours de l’année écoulée ,  des dépôts de fèces  dans le système “truites aquaponiques” ont dû être régulièrement enlevés sous peine de voir les truites perdre l’appétit.  Voici donc quelques points d’amélioration prévus pour tendre  vers un bassin auto-nettoyant.

Diagnostic des causes d’accumulation de fèces

Schéma du bassin générant des dépôts de fèces

Schéma du bassin générant des dépôts de fèces

Parmi les 5 points de vigilance, quatre d’entre eux  expliquent les dysfonctionnements observés :

  • Le débit  circulant : l’eau recyclée arrive dans le bassin avec un débit maximum de 15 litres par minute. Et sort du bassin par débordement avec le même débit.  Plus ce débit est important, plus les particules sont entraînées.  Le débit de 15 litres par minute est  faible. L’idéal serait 40 litres par minute. Soit deux fois le volume du bassin renouvelé en une heure.
  • Le brassage de l’eau est assuré  d’une part par l’airlift interne au bassin avec un débit de 50 litres par minute, et d’autre part par les 20 Kg de truites circulant dans le bassin (17 Kg/m3). Ce point est correct.
  • Les obstacles sur le fond :  Les tuyaux de cuivre  reposent sur le fond du bassin et font obstacle au déplacement des fèces, créant des zones d’accumulation. Sans compter que cela complique le nettoyage manuel.
  • La forme du fond : le fond des bassins du système “Truites Aquaponiques” est plat. Il n’y a donc pas de direction préférentielle pour le déplacement des particules lors du brassage occasionné par le déplacement des poissons.
  • Le tuyau d’évacuation vers les filtres : l’orifice du tuyau d’évacuation vers les filtres est situé à 23 cm au dessus du fond. Le débit de 15 litres par seconde ne permet pas d’entraîner les particules déposées sur le fond.

Modifications  prévues pour tenter d’obtenir un bassin auto-nettoyant

Modifications pour un bassin auto-nettoyant

Modifications pour un bassin auto-nettoyant

En s’inspirant des analyses et préconisation de la FAO, voici 4 points d’amélioration :

  • Débit : cette donnée n’est pas  facilement modifiable pour ce système, puisqu’il faudrait augmenter le diamètre des tuyaux de vidange du bac de culture.  Par ailleurs, l’augmentation du débit est incompatible avec une recherche d’économie d’énergie. Il va donc falloir se contenter de 15 litres par minute.
  • Obstacles sur le fond : les tuyaux de refroidissement sont repositionnés sur une des parois verticales, ce qui libère le fond de tout obstacle.
  • Forme du fond : Elle va être reconfigurée avec du sable ,sous la bâche, de façon à avoir un profil en V avec des pentes à 3% et une pente générale du V de 3% également. Ainsi les mouvements des poissons font converger les fèces vers le point bas qui se situe juste sous l’orifice d’aspiration du tuyau d’évacuation.
  • Tuyau d’évacuation vers les filtres : la bouche du tuyau d’évacuation vers les filtres est positionnée à 2 cm du fond. Toute particule solide passant à proximité sera ainsi aspirée.

Les résultats observés

Cet article expose un diagnostic et un projet de bassin auto-nettoyant. Reste à vérifier la réalité des bénéfices escomptés. Ces modifications vont s’étaler dans le temps.L’allongement du tuyau d’évacuation est réalisé de suite.  Le déplacement des tuyaux de refroidissement interviendra dès la fin des chaleurs, probablement début octobre 2018. La reconfiguration des fonds se fera en janvier 2019 en profitant d’un vide sanitaire entre deux lots de truites.

 L’allongement des tuyaux d’évacuation est réalisé le 20/09/2018 et on peut observer au niveau du filtre,  l’évacuation des fèces au hasard des mouvements des poissons. Le film ci-contre montre le mouvement des particules lié aux déplacement des poissons et l’aspiration malgré un débit assez faible. On voit également l’importance de déplacer le tuyau de cuivre et de créer une légère pente  pour permettre aux fèces éloignées, de migrer vers le tuyau d’évacuation.

Share Button

9 Comments

  1. Joël DERBY

    22/09/2018 at 18:14

    Bonjour Jean-Claude !
    Merci pour ces informations et la vidéo.
    Le cuivre est pour la chaleur du bassin ?
    Désolé pour mon incompréhension mais je ne saisi pas comment est faite l’aspiration.
    Joël

    • jcgoudeau

      22/09/2018 at 18:24

      Bonjour Joël, les tuyaux de cuivre servent principalement au refroidissement en été (température maintenue entre 18 et 20° cette année 2018 avec 25 € de dépense électrique pour la pompe nécessaire à la géothermie). La circulation de l’eau est présentée sur d’autres pages. L’eau est au point le plus haut dans le bac de culture. Elle s’écoule par gravité dans la fosse à poissons (eau recyclée), puis dans les filtres toujours par gravité, et enfin dans le bassin tampon où l’eau est reprise par une pompe vers le bac de culture.

  2. Joël DERBY

    24/09/2018 at 16:08

    Bonjour Jean-claude,
    Merci !

  3. sjakkie lammers

    02/10/2018 at 22:44

    bonjour jean claude,
    merci beaucoup pour ton site,moi j’ai un petit système aussi, pas configuré pareil,les bac poissons est au plus haut,le tuyau d’évacuation a un coude en bas et se prolonge sur tout le fond ,il y a des fentes sur cette longueur qui permettent l’aspiration des solides.Peut-être une solution facile pour ton système?
    sjakkie

    • jcgoudeau

      03/10/2018 at 05:15

      Bonjour,
      J’ai au début testé cette disposition. Mais comme le débit est faible, cela ne fonctionnait pas correctement. Merci pour la solution qui peut servir à d’autres.

  4. Bonjour Jean-Claude,

    la vidéo est superbe et illustre parfaitement les propos. Bravo!

  5. Bonsoir Jean-Claude,

    tout d’abord félicitations pour votre installation et surtout pour votre blog très pédagogique!
    Une question cependant : pourquoi ne pas avoir positionné le serpentin de refroidissement dans le bac tampon? Je me dis qu’ainsi il n’interfèrerait ni avec le déplacement des poissons (n’y a-t-il pas de risques de blessures?), ni avec la circulation des solides en suspension.

    • jcgoudeau

      24/04/2019 at 06:10

      Bonjour Franck,
      Merci pour votre retour.
      Avec du recul, je pense que le serpentin de refroidissement aurait pu être positionné dans le bac tampon.
      Avantages : pas de partie apparente à l’air , pas d’obstacles aux déplacement des fécès des poissons. (Je ne constate pas de blessures ou éraflures sur les truites : elles évitent l’obstacle sans difficultés).
      Inconvénients : obligation de le positionner à plat, sur le fond, compte tenu de la variation du niveau d’eau. Les 12 m de tuyau se répartissent en spires plus serrées, j’ai eu peur d’une moins bonne efficacité par défaut de convection mais ce n’est pas certain du fait de l’action de la pompe qui met l’eau en mouvement toutes les demi-heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2019 Truites aquaponiques

Thème par Anders NorenHaut ↑